Paroisse des Béatitudes

Capelle en Pévèle – Genech – Fretin – Péronne en Mélantois – Templeuve en Pévèle

9 avril 2020
de ktaxelle
Commentaires fermés sur Liturgie du Jeudi Saint

Liturgie du Jeudi Saint

Paroisse des Béatitudes

Jeudi Saint 9 avril 2020   

Mémoire de la Cène du Seigneur

Peuple bien-aimé de Dieu, souviens-toi de ton baptême !

Toi, Bien-aimé de Dieu, fais mémoire des gestes de Jésus

Aujourd’hui, nous voilà invités à faire mémoire du dernier repas de Jésus. Nous répondrons librement à son appel. Il est là, présent avec nous pour nous redire le bonheur qu’il offre à tous les hommes.

Entrons ensemble dans le mystère pascal et préparons-nous à vivre les trois jours saints, le Triduum pascal, qui nous conduiront à la résurrection du Seigneur.

Chant : Pour aimer du plus grand amour – D 386

R/  Pour aimer du plus grand amour, Pour aimer comme tu nous aimes,
      Pour aimer du plus grand amour, Montre-nous le chemin.

            Nous t´invitons aux jours de peine pour que ta croix ouvre nos bras,
            Toi Jésus, la paix de Dieu. Toi Jésus, la paix de Dieu.

Préparation pénitentielle

Jésus, Verbe de Dieu, Verbe fait chair par amour pour les pécheurs ! Prends pitié de nous.

Jésus, Maître et Seigneur, gloire humiliée par amour pour les pécheurs ! Prends pitié de nous.

Jésus, homme au cœur pur, homme enchaîné par amour pour les pécheurs ! Prends pitié de nous.

Jésus, Prince de Paix, roi bafoué par amour pour les pécheurs ! Prends pitié de nous.

Dessin cloche pâques a colorier

Après le silence du Carême, on chante à nouveau le Gloire à Dieu

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.

Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons,  nous te glorifions, nous te rendons grâce, pour ton immense gloire, Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.

Seigneur, Fils unique, Jésus-Christ, Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père ; Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous ; Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ; Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

Car toi seul es saint, Toi seul es Seigneur, Toi seul es le Très-Haut Jésus Christ, avec le Saint-Esprit Dans la gloire de Dieu le Père Amen.

Lecture du livre de l’Exode (12, 1-8. 11-14)

En ces jours-là, dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année.         
Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison. Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger. Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans toute l’assemblée de la communauté d’Israël, on l’immolera au coucher du soleil. On prendra du sang,        que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur.

Je traverserai le pays d’Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’au bétail. Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes jugements : Je suis le Seigneur. Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d’Égypte.

Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage.
C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez. »

– Parole du Seigneur.

Psaume

R/  O Seigneur à Toi la gloire, la louange pour les siècles

      O Seigneur à Toi la gloire, éternel est ton Amour !

Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple.

Lecture de la première lettre de saint Paul aux Corinthiens (11, 23-26)

Frères, moi, Paul, j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant :
« Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. » Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

– Parole du Seigneur.

Acclamation de l’Evangile

Lumière sur mes pas, Lumière en qui je crois, Seigneur Fils de Dieu !

            Je vous donne un commandement nouveau, dit le Seigneur :

            « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »
Lumière sur mes pas, Lumière en qui je crois, Seigneur Fils de Dieu !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote,
l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ;
puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras.
Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas,
tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. »

Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »

Lavement des pieds, c’est un geste fort pour rappeler ce que Jésus a donné par amour jusqu’à la fin et rappeler qu’il n’est pas venu pour être servi mais pour servir, pour nous servir.

Cette année, ce geste, en Eglise, se traduit différemment : notre confinement nous oblige à respecter les consignes pour ne pas propager le virus en aidant les personnels soignants et tous ceux qui se dévouent sans compter leur fatigue auprès des malades.

Il y a aussi de multiples gestes de solidarité  dans notre environnement : soutien et service aux personnes isolées et âgées, prendre des nouvelles des uns et des autres…..

UBI CARITAS :             Ubi caritas et amor, ubi caritas Deus ibi est

                                    (Là où sont la Charité et l’Amour, Dieu est présent)

1. Ô Christ, c’est ton amour qui nous rassemble tous.

2. Que ton amour, ô Jésus Christ, soit maître de nos vies.

Prière universelle

Ayant aimé les siens, le Christ les aima jusqu’au bout. Prions le Seigneur d’inspirer aux hommes de notre temps les gestes d’un tel amour.

  1. Le pape François appelle à la conversion spirituelle, à redonner à l’Église un visage plus évangélique, une « Église servante et pauvre » à l’image de Jésus qui s’est fait le Serviteur de tous, sans arme ni couronne… pour que ces appels soient entendus de tous, Père, nous te prions.

R/ Seigneur, écoute-nous ; Seigneur, exauce-nous.

  • Aujourd’hui, nous entrons dans le mystère de Pâques. En mémoire de la Passion de Jésus, avec tous les malades, tous ceux qui vivent une grande solitude ou qui traversent des zones d’ombre et d’angoisse, toutes les personnes mises à rude épreuve matériellement aujourd’hui et demain,

que tous puissent entendre de toi la victoire de la vie sur les ténèbres.

Père, nous te prions. R/

  • Aujourd’hui, dans le monde, de très nombreux chrétiens vivent au quotidien une communion spirituelle, que ce soient ceux qui sont persécutés pour leur foi et doivent se cacher ou les nombreux malades qui n’assistent à la messe que derrière un écran de télévision.

Seigneur, donne-nous l’occasion de nous rapprocher de tous ces chrétiens en vivant à notre tour cette communion spirituelle dans l’attente de vivre en communauté la joie de l’Eucharistie.

Père, nous te prions. R/

En faisant mémoire du repas qui nous fait vivre, nous t’en supplions, Seigneur, exauce notre prière : que tous nos frères reconnaissent ton amour.

Aujourd’hui, Jésus nous invite à entrer dans sa prière. C’est avec les mots qu’il nous a appris que nous osons dire avec confiance :

Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal. Amen

En communion avec tous les chrétiens, puisqu’il ne m’est pas donné de te recevoir dans l’ hostie,

Seigneur,  je te sais assez Puissant pour que tu te donnes à moi autrement.

Mon cœur te désire. Viens Seigneur ! Amen.                                               Monseigneur Percenou,  évêque de Moulin

Evangile et homélie du dimanche 27 Juin

Méditation                                                                                                 

Accorde-moi (extraits) –  Sœur Emmanuelle

Seigneur, aide-moi,

à savoir regarder la face ensoleillée de chacun de ceux avec qui je vis.

Il m’est parfois si difficile, Seigneur, de dépasser les défauts qui m’irritent en eux,

plutôt que de m’arrêter à leurs qualités vivantes dont je jouis sans y prendre garde.

Aide-moi aussi, Seigneur,

à regarder ta face ensoleillée, même en face des pires événements :

il n’en est pas un qui ne puisse être source d’un bien qui m’est encore caché,

surtout si je m’appuie sur Marie.

Accorde-moi, Seigneur,

la grâce de ne travailler que pour le bien, le beau et le vrai,

de chercher sans me lasser, dans chaque homme, l’étincelle que tu as déposée en le créant à Ton image.

Accorde-moi encore d’avoir autant d’enthousiasme

pour le succès des autres que pour le mien,

et de faire un tel effort pour me réformer moi-même

que je n’aie pas le temps de critiquer les autres.

Je voudrais aussi, Seigneur

que tu me donnes la Sagesse de ne me rappeler les erreurs du passé

que pour me hâter vers un avenir meilleur.

Donne-moi, à toute heure de ce jour,

d’offrir un visage joyeux et un sourire d’ami

à chaque homme, ton fils et mon frère.

Donne-moi un cœur

trop large pour ruminer mes peines,

trop noble pour garder rancune,

 trop fort pour trembler,

trop ouvert pour le refermer sur qui que ce soit.

Seigneur, mon Dieu,

je te demande ces grâces pour tous les hommes

qui luttent aujourd’hui comme moi,

afin que diminue la haine et croisse l’amour,

car depuis ta résurrection,

la haine et la mort ont été vaincues par l’Amour et la Vie.

Ouvre mes yeux à l’Invisible

pour que rien n’arrive à ébranler l’optimisme

de ceux qui croient en toi

et qui espèrent en l’homme.

Amen.

9 avril 2020
de ktaxelle
Commentaires fermés sur Messe de la Cène du Seigneur

Messe de la Cène du Seigneur

Vous pouvez suivre sur KTO à 18 heures  la messe de la Cène du Seigneur célébrée par le pape François, en direct de Rome , à 19h sur le site du diocèse de Lille célébrée par Mgr Ulrich et à 20 heures l’Heure Sainte à Gethsémani, en direct de Jérusalem

9 avril 2020
de ktaxelle
Commentaires fermés sur Homélie du Jeudi saint de Pascal Delecour, diacre

Homélie du Jeudi saint de Pascal Delecour, diacre

Homélie Jeudi Saint 2020

De quoi sont les pieds ?

Je précise cette question qui, au premier abord, peut paraître incongrue : de quoi sont les pieds des Disciples ?

Si vous relisez bien ce passage de l’Evangile de Jean, vous verrez que les pieds des Disciples sont … l’objet de soins attentifs de la part de Jésus : il les lave !!

C’est l’occasion pour moi, diacre et kinésithérapeute, de méditer avec vous sur cette partie du corps que beaucoup d’entre nous dénigrent (ne dit-on pas « être bête comme ses pieds » …) ou encore négligent allant jusqu’à les cacher sous des chaussettes quand ils portent des sandales !!

Et pourtant, si on se place du point de vue de la biomécanique, le pied est une pure merveille : je pourrai vous expliquer comment sa structure en triple arche, permet au pied de s’adapter aux sols qu’il foule ; comment les éléments musculo-tendineux assurent sous le contrôle du système nerveux la mobilité et la stabilité du pied qui implique la stabilité du corps entier. Les pieds doivent être considérés comme les éléments de bases à partir desquels le corps tout entier s’organise non seulement pour être debout (ce qui est le propre de l’être humain) mais aussi pour marcher et avancer c’est-à-dire aller de l’avant. Autrement dit, les pieds conditionnent le fonctionnement de ce qui leur est supérieur. Belle leçon d’humilité n’est-ce pas ? Difficile d’imaginer ce que pourrait être notre vie sans nos pieds ou plutôt si : regardons ceux qui n’en ont pas ou plus … Les prothèses les plus sophistiquées ne remplaceront jamais de vrais pieds …

Un pied, c’est aussi une histoire. Et moi qui ai l’occasion d’en avoir souvent entre les mains, je me plais à me les raconter : il y a le petit peton potelé du nouveau-né qu’il faut remettre dans le droit chemin pour qu’il débute bien dans la vie ; il y a la frêle cheville de la jeune fille qu’il faut renforcer ; le pied puissant et musculeux du sportif qu’il faut renvoyer au plus vite sur les stades ; et aussi, le pied biscornu, aux articulations désaxées du vieillard qui a bourlingué sur les routes de la vie. Si tout homme est une histoire sacrée, ce sont ses pieds qui la racontent le mieux.

Dans d’autres traditions religieuses, le pied est vénéré comme étant le point de contact entre l’Être Humain et la Terre Nourricière ; entre les énergies déployées dans le corps et celle qui résident dans les entrailles de la planète. On comprend mieux dès lors, la signification de l’adage : « avoir les pieds sur terre ».

Pour toutes ces raisons, les pieds sont dignes de l’attention qu’on doit leur porter.

Et Jésus ne s’y trompe pas : il lave les pieds de ses Disciples. Ce faisant, il prend soin de ce qui les fera tenir debout et aller de l’avant quand Lui aura franchi l’océan de souffrance qui l’attend. Et il leur commande, à eux comme à nous aujourd’hui qui sommes leurs héritiers, de nous laver les pieds les uns les autres. C’est-à-dire de prendre soin de ce qui est le fondement, la base de notre être profond. Non seulement pour ce qui nous concerne en tant qu’individu (« lavez-vous les pieds ») mais aussi en tant que groupe humain (« les uns les autres »). C’est ce dernier point qui est interrogé par la situation de pandémie mondiale que nous vivons aujourd’hui : l’humanité toute entière saura-t-elle saisir l’occasion qui lui est donnée de prendre ou plus exactement de reprendre soin de ce qui la fonde ? Saura-t-elle retirer de cette expérience douloureuse toutes les leçons qui lui permettront de reconstruire une société où l’Humain prime sur tout autre considération ; où le bien-commun est la norme ; où la planète n’est plus à exploiter sans limites ?

Lors de sa Bénédiction Urbi et Orbi du vendredi 27 mars, le Pape François seul devant une place St Pierre vide, a clairement laissé entendre que nous n’avions pas été à la hauteur jusqu’à présent. Dans le monde qu’il va falloir reconstruire, nous aurons nous chrétiens, un rôle essentiel à jouer : « laver les pieds de nos contemporains », c’est-à-dire porter haut et fort le message que soit pris en compte ce qui fonde notre humanité. Nous ne devrons pas laisser les forces qui asservissent, qui rabaissent, qui avilissent l’Homme reprendre le dessus ! Nous ne le devons pas : ce serait contraire à l’Evangile. Ce serait trahir l’esprit de Pâques !

Pascal DELECOUR, Diacre.

Genech, le 31 mars 2020

8 avril 2020
de ktaxelle
Commentaires fermés sur Prière du mercredi saint

Prière du mercredi saint

Mercredi saint

Paroisse Ste Marie et Béatitudes

Face à la mort, on a un réflexe de peur ou de recul.  Quand un proche meurt, on a l’impression de mourir un peu avec lui. Il y en a qui meurent à tout âge ; même à 100 ans on a l’impression d’inachevé. « Quand j’aurai été élevé de terre j’attirerai à moi tous les hommes » dit Jésus[1]. Ça n’a pas dû être facile pour les disciples, ni pour Marie, d’entendre Jésus dire ça. Le projet de Dieu de sauver le monde s’arrêterait il avec la mort de Jésus ? Il y a dans la mort une dimension douloureuse mais nous pouvons aussi nous situer dans la perspective de la résurrection. C’est notre foi qui est mise à l’épreuve mais elle peut nous entrainer vers une joie très intense.

Notre foi est à développer, à nourrir, tout au long de notre vie : « tenez-vous prêts »[2] ; « je m’en vais et je viens à vous »[3]. Jésus vient à nous depuis notre baptême, tout au long de notre vie et c’est bien à tous ces moments là qu’il nous construit, qu’il nous instruit et nous fait goûter son amour.

Cette semaine sainte est là aussi pour ça : accueillir la présence de Jésus, regarder celui qui a été « élevé de terre », méditer avec Marie ses paroles pour que notre foi grandisse. Près de Marie jaillit l’Esprit comme à la visitation. Et l’Esprit met en lumière notre vie et fortifie notre foi. Renouvelée, nous proclamerons notre foi à Pâques, dans nos cœurs à cause du confinement. Mais c’est aussi par toute notre vie de sourire et de fraternité, dans le souffle de l’Esprit que nous manifestons notre foi en Jésus ressuscité. Avec lui nous contribuons à sauver le monde.

Trois pistes de réflexion :

  • La semaine sainte est conçue comme une montée vers la joie. Elle est un passage de tout ce qui est pénible et révoltant dans nos vies vers une Terre Promise.
  • Marie nous transmet l’Esprit pour y voir un peu plus clair dans notre foi !
  • L’Esprit nous apporte l’espérance et la joie.

L’intention de prière :

“Le Fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude” (Matthieu 20-28)

Quelle réflexion pour aujourd’hui où tant de soignants se font serviteurs des malades

Seigneur notre Dieu, accorde-nous de croire vraiment que, par la mort de ton Fils, Tu nous as donné la Vie Éternelle

Humblement dans le silence de mon coeur, je me donne à toi : https://www.youtube.com/watch?v=5oS8kDnuKEQ

Et/ou :

Mon Père, je m’abandonne à toi (d’après Charles de Foucault et Ste Thérèse)  https://www.youtube.com/watch?v=fgzIEltUbvc&list=RDfgzIEltUbvc&start_radio=1

Mon Père, Mon Père
je m’abandonne à toi
Fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoi que tu fasses, je te remercie
Je suis prêt à tout, j’accepte tout.  
Mon Père, mon Père en toi, je me confie
En tes mains je mets mon esprit,
Je te le donne, le cœur plein d’amour Je n’ai qu’un désir : t’appartenir
Car tu es mon Père, je m’abandonne à toi
Car tu es mon Père, je me confie en toi
El Remedio de la Cruz – El Amanecer de la Esperanza Ministry

[1] Jn 12, 32

[2] Lc 12, 40

[3] Jn 14, 18

7 avril 2020
de ktaxelle
Commentaires fermés sur Prière du mardi saint

Prière du mardi saint

mains tenant la croix - Telecharger Vectoriel Gratuit, Clipart ...

Mardi Saint.

Paroisse des Béatitudes et paroisse Ste Marie

Nous sommes en droit de nous interroger sur la mort tragique de Jésus. Ce n’est pas normal qu’il meure après tout le bien qu’il a fait. N’y avait il pas une autre solution ? Les apôtres ont du en parler avec Marie. Marie a du les aider à trouver la signification de cette mort.

Il est le pasteur qui donne sa vie pour ses brebis[1] ; c’est une image connue du monde juif. Ce bon pasteur doit donner sa vie pour ses brebis : c’est aberrant, scandaleux ! Sur notre terre, le troupeau est constamment mal mené par les tensions politiques entre pays, tensions économiques nationales et internationales, mais aussi dans nos familles. Et maintenant voilà qu’un virus s’y insinue… Tous les jours il y a des combats sur notre terre. Les hommes sont attaqués, physiquement, moralement, spirituellement. Pourquoi tant de souffrance sur cette terre ?

Personnes

Marie attire notre attention sur le « bon pasteur » : Dieu se soucie de nous ! Nous ne pouvons pas comprendre le sens de la mort de Jésus sans prendre conscience qu’il nous aime. « Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent[2] » Ce souci du Seigneur vient du fait qu’il nous connait comme le Père nous connait, c’est-à-dire que cette connaissance est remplie d’amour.

Jésus aurait pu se défendre et répondre à la violence par la violence lors de son procès que nous avons encore en tête depuis dimanche « mon père aurait pu envoyer 12 légions d’anges[3] » ! Non. Il répond par son cœur, c’est-à-dire par l’amour. Et l’amour finira par l’emporter dans la résurrection.

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie[4] » Pour manifester cet amour il nous a donné des signes, des guérisons et des Paroles. Constatant que son amour n’était pas compris, il arrête. C’est le silence. Il ne donne plus de signe à sa passion, plus de parole : « Jésus ne lui répondit plus un mot » s’étonne Pilate[5]. Le grand signe sera sa mort en ne condamnant personne pour nous entrainer tous dans sa résurrection par amour.

Prenons un temps de prière sous le regard de Marie pour méditer sur la mort de Jésus. Ce don de la vie de Jésus par amour pour nous. Comment toi, Marie, as-tu vécu, puis compris ce déchirement d’amour. Ce don de la vie de Jésus par amour pour nous, pour le monde.

Prenons conscience de ce don d’amour de Jésus dans une totale adhésion au projet du Père avec la force de l’Esprit. Donner sa vie, donner la vie et se donner à vie, voilà qui propulse la dignité humaine à son sommet. Jésus nous montre le chemin. Rendons grâce pour tous les dons par amour. On en voit aussi dans notre crise sanitaire.

Aimer c’est tout donner… https://www.youtube.com/watch?v=ny_qW1JrF7k

Dessin Animé D'agneau Heureux Sur L'herbe | Vecteur Premium

Et la prière de Brigitte (on ne s’est pas donné le mot mais ça tombe très bien !) :

Alors que nous montons avec le Christ vers Jérusalem, l’acclamation de l’Evangile nous propose cette prière :

Salut ô Christ notre roi ;

Obéissant au Père comme l’agneau vers l’abattoir, tu te laisses conduire à la Croix”

Louange à toi, Seigneur, roi d’éternelle gloire


[1] Jn 10, 11

[2] Jn 10, 14

[3] Mt 26, 53

[4] Jn 15, 13

[5] Mt 27, 13-14

6 avril 2020
de ktaxelle
Commentaires fermés sur N’oubliez pas la quête!

N’oubliez pas la quête!

Chers amis,

 Ce n’est pas parce que nous sommes confinés qu’il ne faut pas donner à  la quête !!!!

ci dessous un lien pour donner à notre paroisse !

https://quete.catholique.fr/?reserved_diocese=LILLE&reserved_paroisse=Béatitudes

 Faire suivre largement !

Merci de la part du conseil économique.

 Amicalement
Bruno LEURENT

6 avril 2020
de ktaxelle
Commentaires fermés sur Prière du lundi saint

Prière du lundi saint

Lundi saint

Paroisse Ste Marie et Paroisse des Béatitudes.

Dans cette semaine qui s’est ouverte hier, nous sommes dans une perspective de foi au delà de toute raison humaine.  La foi c’est ce monde intérieur qui nous habite et qui nous permet de rencontrer un univers que d’autres ne perçoivent peut être pas. C’est un peu comme la musique : pour certains ce sera une tierce avec un accord de sol mineur, pour d’autres c’est une symphonie de Beethoven, pour d’autres encore c’est du bruit, c’est has been … Dans cette musique, on y pénètre ou pas ! On pourrait dire la même chose de la géologie ou de l’informatique !

Dans la foi, chacun peut progresser à la lumière de Dieu. L’important n’est pas ce que j’écris[1] mais ce que l’Esprit Saint vous suggèrera pour faire grandir votre foi pendant cette semaine sainte.

Nous pourrions nous demander ce que Marie et les apôtres ont vécu un an après les événements. Vivre cette semaine avec Marie, la mère d’un condamné à mort ; elle est aussi notre maman ! La semaine sainte c’est la rencontre du ciel et de la terre (vous avez entendu hier dans l’évangile qu’à la mort de Jésus, avec l’évangéliste Matthieu, les morts ressuscitent !).

Marie, tu devais avoir une attitude de foi et après les événements tu as du aider les apôtres à entrer encore dans cette perspective de foi. Aujourd’hui viens prendre du temps avec nous ! Aide-nous à prendre du recul par rapport aux événements de la passion, à les méditer dans notre cœur comme toi, Marie tu savais le faire quand tu ne comprenais pas tout. Tu méditais dans ton cœur avec l’espérance de comprendre un jour ; et surtout que le plan de Dieu se révèlera d’une manière ou d’une autre, même dans l’incompréhensible. Apprends-nous à méditer les textes bibliques qui nous sont proposés tout au long de cette semaine « notre cœur n’était il pas tout brûlant tandis qu’il nous expliquait les écritures[2] ».

Marie, tu vis cette semaine dans l’espérance. Tu n’es pas arrêtée par la mort de ton fils Jésus. Marie, par ton espérance tu nous sors de nos lassitudes et de nos déceptions[3]. Il y a des milliers de gens qui sont dans la déception après les élections… Parfois on est déçu de soi-même. Il y a suffisamment de raisons d’être accablés pour ne pas en rajouter. Marie, tu nous fais avancer dans l’espérance.

Prenons le temps avec Marie. Chapelet, angélus, un chant comme ci-dessous inspiré d’une prière de St Bernard de me parait particulièrement de circonstance…. Ou tout simplement se jeter remettre dans ses bras de maman. Elle n’a pas de virus, c’est certain : embrassons là ! Elle remplit son rôle de maman pour aider à vivre cette semaine sainte.

REGARDE L’ETOILE, INVOQUE MARIE, SI TU LA SUIS, TU NE CRAINS RIEN ! REGARDE L’ETOILE, INVOQUE MARIE, ELLE TE CONDUIT SUR LE CHEMIN ! CODA : SI TU LA SUIS, TU NE DEVIES PAS, SI TU LA PRIES, TU NE FAIBLIS PAS. TU NE CRAINS RIEN, ELLE EST AVEC TOI, ET JUSQU’AU PORT, ELLE TE GUIDERA.  
1 – Si le vent des tentations s’élève, Si tu heurtes le rocher des épreuves. Si les flots de l’ambition t’entraînent Si l’orage des passions se déchaîne : 3 – Si ton âme est envahie de colère Jalousie et trahison te submergent. Si ton cœur est englouti dans le gouffre Emporté par les courants de tristesse  
2 – Dans l’angoisse et les périls, le doute Quand la nuit du désespoir te recouvre Si devant la gravité de tes fautes       La pensée du jugement te tourmente :  4 – Elle se lève sur la mer, elle éclaire. Son éclat et ses rayons illuminent. Sa lumière resplendit sur la terre, Dans les cieux et jusqu’au fond des abîmes
Zone de Texte: Le Seigneur est ma lumière et mon salut, devant qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je ?
J’en suis sûr je verrais la bonté du Seigneur sur la terre des vivants
Sois fort et prends courage, Espère le Seigneur

Stéphanie propose aussi de méditer le psaume du jour :


[1] Tout n’est pas de moi dans ce que j’écris, je trouve aussi des inspirations du Saint Esprit ici et là….

[2] Luc 24

[3] La déception c’est d’essayer de croire qu’on s’en sortira tout seul ; c’est tout le contraire de l’espérance.