Aller au contenu

« nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage » MT 2,2

Chaque année, le principal temps fort œcuménique demeure la « Semaine de prière pour l’unité chrétienne » qui, depuis 1908, rassemble des chrétiens de toutes confessions du 18 au 25 janvier.

C’est au Conseil des Églises du Moyen-Orient qu’il a été demandé de choisir et d’élaborer le thème de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens 2022, qui aura lieu du 18 au 25 janvier 2022.

Les chrétiens du Moyen-Orient sont heureux de proposer ce thème pour la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, conscients que le monde partage une grande partie de leurs souffrances et de leurs difficultés et aspire à trouver la lumière qui leur montrera la voie vers le Sauveur, lui qui sait comment surmonter les ténèbres.

La pandémie mondiale de COVID-19, la crise économique qu’elle a générée, et l’échec des structures politiques, économiques et sociales à protéger les plus faibles et les plus vulnérables, ont fait ressortir que tous ont besoin d’une lumière qui brille dans les ténèbres. L’étoile qui resplendissait au Levant, au Moyen-Orient, il y a deux mille ans, nous invite encore à nous rendre auprès de la crèche, là où le Christ est né. Elle nous conduit vers le lieu où l’Esprit de Dieu est vivant et agit, vers la réalité de notre baptême et vers la conversion du cœur.

365 AUJOURD’HUI!

N’entrez pas en 2022 sans méditer et concrétiser la pensée du sage Hillel, qui vécut sous Hérode, au premier siècle :
« Si je ne me préoccupe pas de moi-même, qui donc le fera ? Si je ne suis tourné que  vers moi, qui suis-je ? Et si ce n’est pas maintenant, quand le pourrai-je ? ».
Triple message à accueillir : des dimensions sont à assumer de toi à toi. Et nul ne se substituera à toi, si tu ne te responsabilises pas. Mais tu n’es plus un humain, si tout devient égocentrique, en ta préoccupation étriquée. Cette rencontre fructueuse avec autrui, c’est maintenant qu’elle est à vivre !
Hillel pourrait écrire ce précepte pour nos temps d’Omicron, de migrations et de dérèglement climatique. Tout acte d’amour différé est un manquement grave à ce qui est en jeu, dans les urgences de ce temps.
Et aussi, une négation de notre vocation dessinée par Dieu. Nous sommes créés pour aimer par Celui qui nous a tant aimés.
Nous avons souvent eu la prétention d’une maîtrise orgueilleuse du monde.
C’est en ne se fuyant pas soi-même, vis à vis de soi et vis à vis d’autrui, que se construit le sens profond de l’aujourd’hui !
On peut appliquer cette sentence de Hillel à chaque pas accompli, chaque quart d’heure de vie intime et collective.
Nous mourrons si cette triple sagesse ne se déploie, dès maintenant, dans une éthique  responsable.
Disciples du Christ (que n’était pas Hillel) entendons l’aujourd’hui de l’évangile !
Faisons de chaque jour de 2022 un aujourd’hui consacré à l’accueil du Christ.
« Il vous est né, AUJOURD’HUI, un Sauveur ! » (Luc 2,11)
« Tu es mon fils, AUJOURD’HUI, je t’ai engendré » (Luc 3, 22)
« AUJOURD’HUI, cette parole s’accomplit pour vous qui l’entendez » (Luc 4,21)
« Nous avons vu, AUJOURD’HUI, des choses extraordinaires » (Luc 5,26)
« Je chasse les démons et accomplis des guérisons, AUJOURD’HUI et demain, le troisième jour c’est fini » (Luc 13,32)
« AUJOURD’HUI, le salut est venu pour cette maison » (Luc 19,9)
« AUJOURD’HUI, tu seras avec moi dans le Paradis » (Luc 23,43)
Dieu n’a de cesse que chaque aujourd’hui de nos vies soit habité par Lui.
N’entrons donc pas en 2022 en êtres dépités par la fuite inexorable du sablier.
Habitons le temps, en étant habités nous-mêmes, du message altruiste signe du salut.
Sainte année à tous !

Mgr Bernard Podvin
Missionnaire de la Miséricorde